7 principes pour survivre dans la jungle de la complexité

 

Comme tous ceux qui se sont aventurés dans la jungle business, les dirigeants savent que c’est un univers fascinant mais dangereux, où toute erreur peut être fatale. Ils sont donc inquiets dans un monde à la complexité croissante et aussi dense que la canopée, où les dangers et les surprises quotidiennes représentent autant d’opportunités que de risques de disparaître. Car dans la jungle, l’espérance de vie diminue rapidement : les entreprises meurent 6 fois plus qu’il y a 40 ans. Les systèmes de défense classique de planification et de contrôle du risque ne fonctionnent plus. Comment s’adapter et survivre ?

THEORIE

L’entreprise est un organisme vivant…

 

Dans un monde de plus en plus interconnecté, changeant, imprévisible, acceptons que nous vivons un véritable changement de paradigme et prenons conscience que dans cette complexité, l’entreprise n’est plus une machine bien stable mais un Système Adaptatif Complexe (SAC), au même titre qu’un être vivant.

 

dans un écosystème

 

Comme tout organisme vivant, l’entreprise fait partie d’un écosystème (la forêt amazonienne-son réseau de « parties prenantes »), et même d’un environnement au sens large (la jungle de l’environnement économique). L’entreprise n’est donc plus une entité à part, les changements dans son environnement et dans son écosystème vont influencer son évolution, et réciproquement, dans une boucle de feedback et d’adaptation perpétuelle.

 

..qui demande une nouvelle posture « systémique »

 

Le dirigeant et les managers ont intérêt à reconnaitre que ce qui est sous leur contrôle est bien plus restreint que ce qu’ils pensent. Il ne s’agit donc plus de « contrôler les comportements individuels » mais de « créer le contexte pour ces comportements », et d’être adaptatif.

 

Les dirigeants doivent prendre aussi pleinement conscience du rôle de l’entreprise dans son écosystème, c’est-à-dire de la nécessité d’y apporter une valeur positive (autre que maximiser son profit), sous peine d’être rejeté.

Jungles niveaux

MISE EN PRATIQUE

Les 7 principes de survie business d’un système adaptatif complexe

 

(inspirés d’une étude d’Harvard sur 30 000 entreprises aux US)

 

A l’instar des autres systèmes adaptatifs complexes, certains mécanismes permettent à la boucle de feedback et d’adaptation de bien fonctionner et de créer une résistance permettant à l’entreprise de survivre à la complexité.

 

A noter : ces mécanismes peuvent parfois être en contradiction. C’est l’équilibre subtil, l’harmonie des 7 principes qui confère au système sa robustesse. Et c’est au dirigeant et aux managers de maintenir cet équilibre.

Principes structurels :

1) Identité : avoir un centre de gravité puissant

Dans un environnement où tout bouge, il est indispensable d’avoir un point d’ancrage du système, qui est son Identité Forte, son ADN. Qui sommes-nous fondamentalement et pourquoi sommes-nous là ? Cela est évident pour un être vivant, beaucoup moins pour une entreprise. Cela demande notamment de :

  • Clarifier sa raison d’être
  • Assumer ses valeurs organisationnelles
  • «Harmoniser» l’ensemble de son organisation pour pleinement vivre son identité

2) Hétérogénéité : profiter de la diversité de la jungle

Ce monde de complexité, comme la jungle, est extrêmement divers. Pour s’y adapter, un système a besoin de d’avoir une grande diversité :

  • De personnes : recruter des gens ayant des profils, cultures et expériences les plus divers possibles, tout en s’assurant de leur compatibilité avec l’Identité Forte de votre entreprise pour éviter un phénomène de rejet
  • D’idées : développer une culture qui encourage la remise en question et stimule la créativité (lien vers les vidéos de créativité)
  • De projets : permettre d’essayer de nombreuses idées, et donc d’échouer : une entreprise qui n’a pas connu d’échec est une entreprise qui a raté de belles opportunités

3) Modularité : limiter les infections dans le système

Le phénomène de contagion lors d’un changement ou d’un choc (comme la crise des subprime l’a montré), est de plus en plus rapide dans un monde interconnecté. Dans un système adaptatif complexe, avoir des unités relativement autonomes permet de pallier à ce risque et paye souvent plus à long terme que les gains potentiels à court terme d’une centralisation.

 

4) Redondance : prévoir des back-up

Autre principe contre-intuitif pour les adeptes du lean ou du juste-à-temps: la redondance est naturelle et vitale. Tout système vivant a des mécanismes parallèles qui peuvent prendre le relais des fonctions vitales (comme notre système immunitaire). Pour pallier aux risques il est donc important de :

  • Favoriser la polyvalence des postes
  • Briser les silos internes et créer une culture de solidarité
  • Avoir un réseau dense de partenaires pour limiter les parties prenantes « irremplaçables »

Principes managériaux :

5) Surprise et risque : s’aventurer en renforçant sa vigilance

Puisque beaucoup de paramètres sont incontrôlables, autant s’ouvrir à l’inconnu et observer pour agir plutôt que réagir. Pour cela quelques clés :

  • Mettre en place une veille active, dans et hors de votre industrie
  • Etre à l’écoute des signaux faibles donnés par les jeunes start-up
  • Observer attentivement les nouveaux entrants et leur business modèle
  • Pratiquer la « réflexion contingente » : plutôt que se demander « est-ce que cette technologie va fonctionner ? », se demander « Si elle marche, quelle impact cela aura sur moi, et que puis-je faire pour m’y préparer ? »
  • Accepter que le business modèle actuel a des chances d’être remis en question par des concurrents et expérimenter d’autres business modèles

6) Feedback et adaptation : changer son mode de vie

Sans feedback, un système ne peut pas survivre. Notre cerveau reçoit des millions de signaux chaque seconde, qui lui permettent de s’adapter en permanence. De la même manière, un système de feedback interne et externe peut sauver la vie de votre entreprise en lui permettant de ne pas rater un virage décisif. Cela nécessite de:

  • Définir l’Identité Forte de l’entreprise, qui fixera les contours autour desquels l’adaptation « harmonieuse » peut se faire
  • Permettre les remontées terrain et l’expérimentation de nouvelles façons de fonctionner
  • Avoir un processus d’expérimentation permanente en 4 étapes (inspiré de Tata) :
    • Explore: faire des micro-investissements pour avoir un feedback immédiat du marché (les fameux « fail fast » et « fail forward »)
    • Enable: permettre aux idées d’être enrichies et développées en investissant dans l’IT et le knowledge management
    • Evangelize : partager très largement les idées qui fonctionnent bien
    • Exploit: les mettre en œuvre rapidement, même si cela signifie réduire ou cannibaliser son activité principale « vache à lait » (c’est souvent ce dernier point qui bloque, la mort de Kodak nous le rappelle)
  • Accepter que le feedback amène aussi une sélection, et donc qu’il faut lâcher prise sur ce qui n’est plus adapté et ne peut (ou ne veut) pas changer

 

7) Confiance et réciprocité : faire la paix avec la jungle

Si un élément du système ne contribue pas positivement à son évolution, il est naturellement rejeté. La stratégie du profiteur peut payer à court terme, elle est néfaste à long terme. Pour que l’écosystème soit bénéfique pour tous ses éléments, il faut créer de la confiance et de la réciprocité:

  • être au clair sur l’identité et le rôle de chacun
  • chercher à augmenter son impact positif hors financier (social, environnemental, etc.)
  • avoir des systèmes de réciprocité permettant à chacun d’avoir intérêt à contribuer positivement
  • s’impliquer localement (en investissant dans les structures locales, en éduquant les populations, en créant des partenariats avec les autres acteurs locaux, etc.)
  • avoir une communication transparente

Ces 7 principes, subtilement appliqués, assureront la bonne adaptation de votre entreprise et sa croissance « harmonieuse » pour fleurir dans la jungle de la complexité.