Reinventing Organizations : à quel stade en êtes-vous ?

 

Petite histoire des organisations sous l’océan

 

organisation océan

Situation

Vous n’en pouvez plus. Chaque jour apporte son lot de mauvaises blagues. Comme ces stupides poissons qu’on vous colle dans le dos aujourd’hui, des petites boites comme Uber, Airbnb ou Blablacar, sorties de nulle part, arrivent à conquérir des océans en quelques années, alors que vous vous escrimez depuis des décennies pour rester à flot.

L’océan économique est bien complexe à naviguer, on est loin du père peinard, les courants accélèrent rapidement, les phares disparaissent. On parle de tsunami digital, de nouvelle vague collaborative, de transition… Si l’on vit vraiment une transformation profonde de notre océan, en quoi les eaux de mon entreprise sont-elles concernées ? Mon espèce d’entreprise est-elle menacée ou peut-elle se transformer pour s’adapter à cette nouvelle vague ?

 

Un peu de théorie…

En ce 1er Avril, imaginons les entreprises comme des poissons et invitons l’histoire, la spirale dynamique et Frédéric Laloux à participer à la conversation.

Il existe bel et bien des « typologies » d’organisations adaptées à différents types d’environnements, que l’on peut faire correspondre aux différentes phases d’évolution de l’humanité…ou à différents poissons. Car tout comme notre société occidentale a changé au cours des siècles, par grandes phases, les organisations aussi. Petit voyage au cours du temps, des poissons et des organisations.

 

Phase Impulsivité : Le gang de Requins

Apparue il y a 10 000 ans, elle correspond à la loi du plus fort, dans un environnement majoritairement hostile. On est dans les dents de la mer, dans un western sous-marin à la Tarantino, ou dans une sorte de mafia. Le chef absolu de la bande, le « parrain-grand requin » est autoritaire et cruel. Tous les coups sont permis pour monter et prendre le pouvoir. Ça va saigner.

Type d’environnement le plus adapté: peu complexe, hostile et dangereux

Test : Votre entreprise ou votre département est dans cette phase si:

  • l’ambiance dans votre entreprise est extrêmement compétitive,
  • les jeux de pouvoir sont nombreux et tous les coups sont permis. On pourrait entendre dans le couloir «si tu n’apportes pas tes couteaux en réunion, alors c’est toi le steak (de thon) ».
  • les managers peuvent être arbitraires et colériques (de vrais anti-managers).

Risques : peur permanente qui paralyse la créativité et la collaboration

 

Phase Conformisme : La pyramide de la raie manta

Apparue avec les grandes civilisations il y a 3 000 ans, elle correspond à la volonté d’établir un ordre, une morale et une société stable très hiérarchisée permettant de réaliser de grands projets à long terme, comme le vol lent d’une raie. La prévisibilité et la projection à long terme sont possibles avec des processus stricts et une logique de « command-and-control » pour prévenir toute déviance du cadre bien carré établi, sous peine d’un aiguillon empoisonné.

Type d’environnement le plus adapté : peu complexe, prévisible et maitrisable

Test : votre entreprise, c’est l’armée à l’ancienne. Tout est extrêmement hiérarchisé et codifié, avec une bureaucratie et des processus étouffants comme un filet. Dans ce royaume marin, vous êtes numéroté, fiché, minuté. Vos dirigeants sont toujours sur votre dos, intouchables et directifs, paternalistes pour les meilleurs. Il y a leur Vérité, le reste est hérésie. Dans un ballet aquatique millimétré, vous exécutez à la lettre, le moindre manquement à la règle ou la plus petite objection entraine remise à l’ordre immédiate.

Risques : rigidité, incapacité à s’adapter à un environnement changeant

 

Phase matérialisme : La machine de la pieuvre:

Apparue avec la révolution industrielle, cette phase est fondée sur le matérialisme, l’efficacité, le progrès scientifique et la rationalisation. Toujours à la recherche de progrès dans la logique du « predict-and-control », elle valorise l’innovation par projets, les objectifs et les indicateurs. Sa méritocratie permet à chacun de réussir et gravir les échelons en remplissant ses objectifs.

Type d’environnement le plus adapté : moyennement complexe, assez prévisible, ressources environnementales ou humaines illimitées et corvéables

Test : Vous êtes dans cette phase si:

  • Dans une machine bien huilée qui déploie ses tentacules pour extraire le suc de son écosystème, vous avez des objectifs chiffrés et une obligation de résultat. Vous serez bien payés si vous les atteignez « quels que soient les moyens », mais si vous n’êtes pas performant on vous remplacera sans état d’âme.
  • Vos dirigeants sont des experts, avec des approches très rationnelles. Insidieusement, le travail étend ses tentacules dans chaque aspect de votre vie et vous êtes rapidement en stress, parfois en burn-out. Votre personnalité et vos valeurs ne sont autorisées que si elles augmentent votre rentabilité.

Risques : peu de prise en compte de l’impact humain, environnemental ou sociétal

 

Phase Pluralisme : Le banc de poisson

Apparue dans les années 60, en réaction au contrôle des phases précédentes, cette phase est fondée sur l’égalité, sur l’appartenance et sur l’harmonie. Elle permet une mobilisation à grande échelle autour de sujets comme l’égalité des sexes, la fin de l’apartheid, etc. Dans des organisations très plates, elle prône donc la justice, la liberté, la coopération et le consensus.

Type d’environnement le plus adapté : moyennement complexe, bienveillant et nourri de grandes causes à défendre.

Test : Vous êtes dans cette phase si … votre entreprise c’est votre famille. Tout le monde a voix au chapitre, les décisions sont prises de manière démocratique, vous collaborez en permanence. Vous vous sentez responsabilisé, dans une culture forte fondée sur des valeurs fortes. Vous êtes tous reliés sur le plan émotionnel. Vos dirigeants sont à votre service, et ont conscience de leur responsabilité sociale et environnementale. Vous vous engagez sur des sujets de société, au point parfois de rejeter les considérations matérielles nécessaires à votre survie.

Risques : difficulté à prendre des décisions et à gérer les conflits

 

Phase Evolution : Le système vivant des dauphins

Apparue avec la vague internet, elle est fondée sur des notions de confiance, d’abondance, de sens et de cohérence. La vision du monde est systémique, et la diversité est reconnue comme une force. Cela permet à trois dimensions d’apparaitre :

  1. la raison d’être, qui correspond à la libre vocation d’une personne ou d’une organisation qui s’engage positivement pour le monde,
  2. l’authenticité, c’est-à-dire la capacité à être pleinement soi-même, avec ses forces et avec ses vulnérabilités,
  3. l’auto-organisation, avec une responsabilisation totale des individus dans le cadre d’une raison d’être commune.

Océan adapté: très complexe, interdépendant, imprévisible, divers

Test : vous êtes dans cette phase si:

  • Votre entreprise est un système adaptatif complexe, en évolution constante.
  • Un fonctionnement en réseau et des mécanismes d’adaptation vous permettent de revisiter vos manières de travailler et de communiquer.
  • Les intelligences s’expriment pleinement, et des cellules d’innovation internes vous permettent d’être un « intrapreneur». Dans une confiance totale, vous décidez seul sur vos sujets après avoir consulté les personnes concernées. Ce qui vous relie, c’est une identité commune, un « sonar » que chacun utilise.
  • Au travail vous pouvez exprimer votre désaccord ou vos émotions.
  • Les dirigeants sont là pour servir la raison d’être.
  • Comme un dauphin, vous êtes frétillant de joie au quotidien.

Risques : phase difficile à mettre en œuvre car demande un vrai lâcher prise.

 

Mise en pratique :

Comprendre où en est votre organisation : découvrir votre poisson

Il n’y a pas de « mauvaise » ou de « bonne » phase. Selon que votre environnement est peu ou très complexe, maitrisable ou imprévisible, hostile ou bienveillant, l’une ou l’autre phase sera plus adaptée. A chaque phase correspond un système de valeur et de croyances (depuis « tuer ou être tué » jusqu’à « l’unité dans la diversité »).

Comprendre où en est votre organisation est aussi important que délicat. Une entreprise est souvent entre deux phases globalement ; elle peut aussi voir coexister différentes phases en fonction des départements et des managers. Comme on peut difficilement regarder le poisson qu’on nous a collé dans le dos, un Harmoniste sera heureux de vous aider à faire le tri entre ce que vous êtes vraiment (souvent entre deux phases) et ce que vous souhaitez être (par exemple la phase Opale).

 

Mettre en harmonie pour maintenir le cap

Comme le dit Einstein « Si vous jugez un poisson sur ses capacités à grimper à un arbre, il passera sa vie à penser qu’il est stupide ». Pour réellement être dans le bain de votre phase (celle que vous commencez à vivre mais n’assumez pas totalement), il faut accepter ce que vous êtes et le vivre pleinement, en mettant tous les aspects de votre organisation en harmonie. Depuis la production jusqu’au marketing en passant par la réception et les bureaux. Cette cohérence globale, qu’un Harmoniste vous aidera à obtenir et maintenir, vous permettra d’avoir une organisation qui fonctionne à son plein potentiel dans sa phase. Ce qui se traduit par une meilleure performance et plus d’engagement de vos collaborateurs. Et permet si nécessaire d’évoluer à la phase d’après.

 

Changer de phase : vous irez aussi loin que le poisson de vos dirigeants

Comme « le poisson pourrit par la tête », dans la majorité des phases, c’est par le haut que vient le changement. L’impulsion de créer ou structurer une organisation, la raison d’être et les valeurs sont intimement liées au dirigeant. C’est de lui, arrête dorsale de l’organisation, que doit venir la décision d’évoluer et de fonctionner différemment, que ce soit en mettant en place une nouvelle structure (phase Ambre ou Orange) ou bien en ouvrant l’espace pour laisser la structure s’auto-organiser (phase Verte ou Opale). Il faut un fort engagement du dirigeant et donc un vrai courage personnel pour permettre le basculement progressif d’une phase à l’autre (sans sauter les étapes). Pour vous donner du courage rappelez-vous que « seuls les poissons morts nagent avec le courant ».

 

Etre agile et patient pour évoluer progressivement

Pour pouvoir accéder à la phase la plus adaptée, il faut être passé par les phases précédentes. La tentation de vouloir brûler les étapes est illusoire et peut même être destructrice. On n’apprend pas à une raie manta à faire des sauts périlleux! Prenez donc le temps de passer progressivement d’une structure autocratique à une structure plus scientifique, puis participative, et enfin auto-organisée. Car finalement, pour nourrir vos collaborateurs « mieux vaut leur apprendre à pêcher que leur donner un poisson ». Dans chaque phase, prenez le temps de bien vous assurer de la cohérence de l’ensemble pour retrouver une harmonie et une bonne performance jusqu’à ce que vous vous sentiez prêt à passer à la phase suivante.

 

Alors, quel poisson souhaitez-vous être ? Des sardines en boites ou un élégant dauphin ? Surfez la vague et vous serez bientôt en harmonie avec votre écosystème, comme un poisson dans l’eau.

Pour plus d’informations sur le livre Reinventing Organizations, nous avons participé à l’élaboration du wiki qui permet d’en lire les passages souhaités. Jetez vous à l’eau!

 

1 Commentaire

Tes billets sont toujours aussi imagés et limpides comme de l’eau claire.

Comments are closed.