La raison d’être d’entreprise : superflue ou indispensable ?

 

Raison d'être d'entreprise

 

Le rapport Notat/Senard recommande aux entreprises de définir clairement leur « raison d’être ». Larry Fink, le patron de Blackrock, le plus important gestionnaire de fonds au monde fait de même. Quelle importance faut-il accorder à la raison d’être d’entreprise ?

 

Un besoin qui s’accentue

La raison d’être d’entreprise est un repère essentiel pour donner du sens, gagner en cohésion, renforcer l’alignement de toute l’entreprise.

 « Sans but clair, aucune entreprise ne peut atteindre tout son potentiel » Larry Fink

La quête de sens et le rôle sociétal croissant de l’entreprise sont des tendances de fonds, auxquelles notamment les jeunes sont particulièrement sensibles.

La pression des collaborateurs, des consommateurs, du législateur s’accentue donc progressivement.

Même les investisseurs à travers par exemple les fonds « ISR » s’y mettent car donner du sens est facteur de lisibilité.

 

Une raison d’être vide de sens est contre-productive

A l’instar des valeurs « bateau » de beaucoup entreprises, définir une raison d’être d’entreprise à la légère n’a pas de sens car une raison d’être non authentique et non incarnée est source d’incohérence. Au mieux cela ne sert à rien, au pire c’est source de plaisanterie.

 

Définir la raison d’être n’est pas facile

La raison d’être d’entreprise doit être claire, puissante, inspirante, émotionnelle. Elle doit énergiser les cœurs, créer un intérêt supérieur … et donner la direction du futur !

Voici des exemples :

Lego : « inspirer et développer les constructeurs de demain »

Decathlon : « le sport partout, pour tous »

Google : « rendre les informations accessibles et utiles à tous »

Essilor : « améliorer la vision pour améliorer la vie »

 

Il n’est pas facile de la définir avec les mots justes, ni de pouvoir prendre le recul nécessaire. Une démarche en profondeur est nécessaire. Compte tenu de l’importance de la raison d’être, n’hésitez pas à vous faire accompagner par un spécialiste : agence de communication, de « brand », coach d’organisation, conseil en stratégie, harmoniste…

 

Qui doit définir la raison d’être ?

Et si c’était une magnifique occasion de faire participer de manière collaborative les collaborateurs mais aussi les administrateurs, actionnaires, clients, partenaires clés ? La démarche devient alors un formidable vecteur de convergence, de cohésion et de motivation.

Co-définir la raison d’être de l’entreprise renforce sa pertinence, permet de l’ancrer profondément et d’éviter qu’elle ne soit considérée comme un simple slogan.

 

Décliner la raison d’être en harmonie

En toute logique, la raison d’être se décline en ambition et objectifs pour chaque département, ainsi que dans les axes de communication, le site web, la marque employeur… Bref partout dans l’entreprise ! Les bénéfices sont alors nombreux.

 

Essilor a été encore plus loin en nommant au niveau mondial un « Chief Mission Officer » ! Son rôle est d’encourager toutes les initiatives visant à faciliter l’accès aux solutions de santé visuelle à tous, partout dans un monde où 2,5 milliards de personnes ne sont pas équipés.

« Toutes les entreprises ont une mission d’une certaine façon. Ce qui est important, c’est de s’assurer qu’elle est alignée avec ses objectifs stratégiques et commerciaux, ses valeurs, ses collaborateurs et toutes ses autres parties prenantes. Lorsque ces éléments sont en harmonie, cela est source de réussite, et les retombées créent de la valeur pour tous. » Jayanth Bhuvaraghan – CMO Essilor International – Source : ISRWAY 8 de Sycomore AM

 

Un outil puissant et indispensable

Définir une raison d’être de l’entreprise va devenir progressivement incontournable.

Pourquoi ne pas en profiter pour en faire un formidable outil d’inspiration, de différenciation, de cohésion et d’alignement ?

 

 

Notre offre sur la raison d’être

 

Autres articles sur la raison d’être:

Donner du sens grâce à la raison d’être

L’incroyable lettre de Larry Fink

 

 

Ecrire un commentaire