La Motivation par contagion ou… Comment faire sourire un dépressif?

 

motivation

 

Au-delà de distribuer généreusement sourires et merci, pour en recevoir en retour, et faire monter de quelques degrés de bienveillance le bureau et son ambiance grâce aux bénéfices indiqués ci-dessous, comment faire sourire un collaborateur dépressif et stressé ?

Prenons un cas concret : Germain est en quasi « burn-out », écrasé de travail et incapable de prendre du recul face à l’océan de pression qui s’abat sur lui. Impossible de lui parler ou de le faire lever le pied, il n’a « pas le temps et oui oui ça va ».

Que faire ? Vous pouvez essayer le coup de la blague, du mot d’esprit ou du conseil réconfortant, mais s’il est profondément déprimé vous risquez de vous faire assassiner d’une mine glaciale en retour. Voilà deux petits trucs pour cas désespérés (à utiliser pour tous les autres sans modération bien entendu).

 

THEORIE

On me reconnait donc je suis. La reconnaissance est un besoin vital (Taylor). Pour les quelques sceptiques qui lisent ce texte, précisons donc que, selon les théories de la reconnaissance, l’être humain ne développe la perception de son identité propre (Hegel) et sa capacité à donner du sens au monde (Tomassello) que parce qu’il obtient de la reconnaissance.

Et la reconnaissance n’a pas besoin d’être exprimée de manière grandiloquente, il suffit juste de montrer que l’on « reconnait » l’autre comme un être à part entière digne de respect, d’estime et d’empathie, et qu’on apprécie son travail.

Pour cela les deux moyens les plus simples sont le « Merci » et le « Sourire » qui l’accompagne.

1 Sourire = 2 HeureuxD’autant plus que, grâce aux neurones miroir, ce sourire apporte un double effet kiss cool : quand on sourit à quelqu’un, ses neurones miroir s’activent et elle ne peut pas ne pas sourire en retour. Et le simple fait d’esquisser un sourire active la production d’endorphine et de sérotonine, ce qui donc…rend heureux !

Mais attention, cela n’est valable qu’avec le fameux sourire « Duchenne » (voir ci-dessous), qui est sincère car il sourit avec les yeux.

Caractéristique du sourire Duchenne vs sourire Barbie:

  • La dentition est bien visible (colgate)
  • Les pommettes sont saillantes
  • Les yeux sont à demi-fermés
  • Les rides du bord des yeux (pattes d’oie) sont visibles

Attention: cette description peut être invalidée après un certain niveau d’utilisation du Botox ou du bistouri.

 

MISE EN PRATIQUE

 

Première étape: Le sourire « Duchenne »

 

De retour à Germain et armé de votre plus belle dentition…

Lock. Penser à tout ce qu’il y a de mieux dans votre vie, et à la dernière fois que vous avez hurlé de rire, pour vous charger d’une irrépressible envie de sourire.Aim. capter son regard dans une situation à peu près neutre (pour éviter toute incompréhension). Par exemple en lui disant « merci ».Shoot. lui faire un immense sourire, avec les paillettes dans les yeux et une musique de film dans le regard.

Comme Luke Skywalker, vous venez de toucher le cœur de son étoile noire. Même imperceptiblement, son visage se contractera pour sourire. C’est un réflexe. Vous l’avez eu !

 

Deuxième étape: Les « KUDO CARDS »

 

Simple et efficace: dites-lui merci indirectement, en lui exprimant votre reconnaissance grâce à ces petites cartes (ou grâce à votre propre version de ces cartes).

 

Imprimez une des cartes au lien suivant

Inscrivez un petit mot de remerciement sincère (signé ou anonyme)Déposez-le discrètement sur son bureau, dans son sac, sur son siège, etc.

Vous ne pourrez pas forcément constater le résultat, mais il ne pourra pas y être insensible, et en répétant la première étape en le croisant un peu plus tard, il est probable qu’il dépasse le stade de la contracture buccale pour se fendre d’un vrai sourire.

 

Souriez, vous avez gagné !