L’identité collective ou… Comment en finir avec l’insipide salade de fruit en boite?

identité collective

Comment créer un vrai sentiment d’appartenance au groupe?

Cas concret : Pierre et Paul veulent quitter l’entreprise car ils ne sont jamais sentis comme faisant vraiment partie de l’équipe. Mais qui en fait vraiment partie d’ailleurs? Quand vous regardez l’état d’esprit qui y règne, c’est plutôt « encéphalogramme plat », la traduction vivante d’un organigramme excel 1998, insipide, sans aucun goût ni intérêt. Pas une once de vie ni de cohésion.

THEORIE

Le besoin d’appartenance

Pour Deci et Ryan, pionniers des théories de motivation, il y a un besoin fondamental qui s’ajoute aux trois dimensions de la motivation intrinsèque (maitrise, autonomie, sens), c’est le besoin de relation sociale. Il est lié :

  • Au fait de se sentir connecté aux autres
  • Au fait d’être attentif à autrui
  • Au sentiment d’appartenance à la communauté
  • Au fait de partager avec d’autres membres un sentiment d’unité

Appartenance et estime de soi

Sentir que l’on partage une même identité avec d’autres est clé. Pour Maslow, le troisième étage de sa fameuse pyramide des besoins est le besoin d’appartenance au groupe, qui prime sur l’estime de soi et le besoin d’accomplissement.

Exemple évident de cette prédominance: se balader en sac poubelle dans la rue pour vendre de la mousse à raser en criant fièrement le nom de son université (non bien sûr, le bizutage n’existe plus).

Pourtant, toujours selon Maslow, soutenu par Leary, le sentiment d’appartenance est indispensable à l’estime de soi car il est notre indicateur « d’acceptabilité sociale ».

Reis ajoute joliment que « ressentir une attention délicate et sympathique confirme alors que l’on est quelqu’un de signifiant pour d’autres personnes et objet de sollicitude de leur part », et ceci booste l’estime.

Donc pour faire court : ma valeur = mon degré d’appartenance au groupe

identité

Appartenance et engagement

Pour augmenter l’engagement au sein d’un groupe, il faut donc tout simplement augmenter le sentiment d’appartenance. Car cela a pour bénéfice, selon Ryan et Deci, de faciliter l’intériorisation :

  • des valeurs du groupe
  • des comportements prônés

Donc plus on sent qu’on appartient au groupe et plus on « devient » le groupe. Jusqu’ici tout va bien.

 

MISE EN PRATIQUE

Comment concrètement augmenter le sentiment d’appartenance?

Voilà en deux étapes comment faire pour se sentir connecté et créer une identité commune :

Etape 1 : Expliciter la vision de chacun

Préparez des questions type « portrait chinois » de l’équipe idéale (si notre équipe était un pays, un plat, un film, etc.).

Demandez à chacun d’y répondre individuellement en justifiant sa réponse.

Partagez les réponses en groupe et notez les points communs

Gardez bien en mémoire ce que chacun dit puisque c’est révélateur de ce qui est important pour lui dans une équipe !

Etape 2 : Construire l’identité commune

Discutez des points communs et des différences.

Décidez ensemble du portrait chinois collectif de votre équipe.

Brainstormez avec cette base pour trouver un univers métaphorique commun pour l’équipe (star wars, un bateau, un tournage de film, la jungle, etc.)

Demandez à chacun quel serait son personnage dans cet univers métaphorique (le tigre, le cuisinier, le cameraman, etc.) en justifiant son choix

Déterminez ensemble un nom de code pour votre équipe ainsi qu’un blason/symbole et une devise/sloganJouez de cette métaphore dans vos réunions et projets, encouragez chacun à jouer son personnage métaphorique dans la communication interne, et vous allez voir que l’encéphalogramme va s’affoler!

Oserez-vous essayer ? Vous ne risquez pas grand-chose à part un grand fou-rire !!

Et Pierre et Paul vont vite changer d’avis…

identité