LIBERTE SANS CADRE = ANARCHIE

LIBERTÉ AVEC CADRE= HARMONIE

Ou comment réussir la libération de l’entreprise en y mettant des « contraintes facilitantes »

En se levant ce matin, Matt Hisse, ce dirigeant et collectionneur de toiles classiques, est d’humeur morne. Les résultats sont en berne. La motivation est au plus bas. Lui-même est épuisé. Tout le travail de structuration et de cadrage de son entreprise de logistique, réalisé avec la même minutie que les tableaux  qu’il a sous les yeux, semble aujourd’hui peu efficace. Il soupire et se sent abattu. Quelques larmes lui viennent aux yeux. Et, dans le brouillard qu’elles constituent, il distingue soudain dans ces peintures devenus floues, libérées de leurs traits précis, une nouvelle beauté, celle de couleurs éparses et pourtant si fortes. C’est une révélation

La libération de l’entreprise sans cadre, une utopie ?

Quelques mois plus tard, un nouveau portrait de l’entreprise est apparu : l’entreprise libérée. Plutôt que de forcer chacun à rentrer dans la case extrêmement précise qui lui est dévolue, Matt Hisse a adopté un management « libéré », chacun étant autonome, avec sa touche unique. Des formes et des couleurs ainsi rassemblées, sans contour ni détails, ont donné naissance à une nouvelle dynamique plus harmonieuse au sein de l’entreprise.

Mettre en place une telle libération de l’entreprise n’a pas été sans mal ! Le conseil d’administration a d’abord rejeté en bloc, avec pour arguments principaux, et bien fondés :

  • Ça ne peut pas marcher si c’est flou : votre libération de l’entreprise, c’est désorganisé, pas assez précis, on ne voit plus où l’on va, on ne peut pas laisser chacun avoir sa propre couleur, il faut des traits, des objets bien définis ! Il faut de la structure et de la précision, sinon c’est l’anarchie qui règne dans ces tableaux d’entreprise !
  • Si vous laissez chacun libre, les gens ne feront plus rien! Ils vont en profiter pour se tailler la part du lion ou ne plus rien produire. L’humain est paresseux de nature et ne travaille que sous la contrainte ! (Le grand maitre des débats artistico-managériaux, Mc Gregor, a appelé cette croyance la Theorie X).
  • En libérant on fera vite exploser l’entreprise: Si tout peut changer et être remis en question, que chacun peut prendre des initiatives, cela va partir dans tous les sens et les gens vont s’entre-déchirer, les clients vont fuir, vous allez à la ruine !

Pour mener à bien la libération de l’entreprise, il a donc fallu que Matt Hisse les rassure en leur prouvant que liberté et contraintes sont réconciliables, et même inséparables !

Oser un autre système de croyance pour réconcilier les paradoxes

Liberté rime avec identité

Ce qu’a d’abord montré Matt Hisse c’est que ce qui semble anarchique à première vue peut prendre une forme très claire et définie avec un peu de recul, et apporter une nouvelle beauté.  Dans son tableau de libération de l’entreprise, les couleurs et les formes peuvent être très différentes et autonomes dans leur expression, elles convergent toutes dans le même sens, celui du tableau dans son ensemble. Pour cela Matt Hisse, avant la libération de l’entreprise, a pris le temps d’offrir un cadre identitaire commun aussi clair que fort, et d’avoir des collaborateurs qui incarnent pleinement et diffusent cette identité.

C’est cette cohérence identitaire qui permet de pouvoir laisser à chacun une grande autonomie, puisque la direction, le sens commun est lumineux. Sans cela le risque de dérive anarchique ou manipulatrice est grand. Concrètement, avant d’engager un processus de libération de l’entreprise, il recommande de :

  • Clarifier votre identité collective réelle (celle que chacun vit) en définissant des valeurs pleinement incarnées, une raison d’être inspirante, un positionnement affirmé et une vision concrète
  • Mettre en place des rituels de diffusion de cette identité, pour que chacun dans votre organisation l’incarne pleinement, à sa façon
  • Aligner votre discours et sélectionner soigneusement vos partenaires externes, en privilégiant les fournisseurs et les clients « résonnants » avec votre identité

Confiance rime avec transparence

Ensuite, le modèle de libération de l’entreprise de Matt Hisse propose un autre tableau de l’homme, dans lequel chacun a naturellement envie d’avoir une contribution positive et de s’investir dans un travail (Theorie Y selon McGregor). C’est donc un cadre permettant à chacun de donner le meilleur de ce qu’il est et d’apporter sa touche de couleur à l’œuvre collective. Et, l’effet Pygmalion aidant, les talents fleurissent.

Pourtant il n’a pas la naïveté de croire que tout le monde va s’entendre et être en osmose parfaite. Instaurer une dynamique collective efficace nécessite donc une communication fluide et authentique.  En particulier pour la prise de décisions et la gestion de l’information. Cela inclut, selon lui, de :

  • Utiliser des outils de communication interne et externe favorisant la communication directe et les documents ou espace de travail partagés (Zoom, Slack, Trello, Hipchat, Campfire, Google docs, etc.)
  • Créer des rituels de partage d’information réguliers (comme les stand-up meeting quotidiens) transverses, un management visuel des projets en cours et un feedback permanent
  • Animer des ateliers de communication permettant de comprendre les profils de chacun et de savoir adapter son message à son interlocuteur

Créativité rime avec responsabilité

Enfin, on se trompe en croyant que la liberté dans la créativité se passe de cadre : bien au contraire, elle s’en nourrit. Créer, c’est sublimer une idée au-delà des contraintes. Oui, la liberté sans cadre est vite anarchique. Et la libération de l’entreprise sans règles collectives sera un échec.

Car libérer l’initiative et les idées est une chose, les transformer en production cohérente en est une autre.  On peut vite partir dans tous les sens, ou bien commencer un projet sans juger de sa pertinence. L’agilité et le feedback vont être un facteur déterminant pour permettre de libérer les énergies créatives… et prendre en compte les contraintes. Avant donc de laisser libre court à l’imagination et l’initiative de chacun, Matt Hisse vous encourage à:

  • Partager largement l’ensemble des contraintes financières, physiques ou humaines de l’entreprise pour que chacun ait une vue d’ensemble
  • Créer des sessions régulières de feedback constructif pour revoir et améliorer les projets ou initiatives de chacun (l’identité commune restant la contrainte et la boussole ultime de décision)
  • Systématiser le partage d’apprentissage après chaque tentative (échec ou réussite) et féliciter ceux qui ont tenté, rebondi ou pivoté
  • Mettre en place un « advice process » : chacun peut prendre les décisions de son périmètre, si et seulement s’il a consulté avant les parties prenantes concernées par la décision

Conclusion: le Courage de la Libération de l’Entreprise

C’est bien entendu par l’expérimentation et en obtenant des performances remarquables sur les plans économiques, sociaux et sociétaux, que Matt Hisse a prouvé que son intuition sur la libération de l’entreprise était vraie. Il encourage donc chacun d’entre vous à expérimenter… avec les gardes fous appropriés !

Comme le dit Matisse « La créativité demande du courage« . Si vous partagez la croyance que l’autonomie et l’agilité auront plus d’impact sur votre performance qu’une structure rigide et ordonnée, si vous êtes prêt à favoriser l’harmonie et la confiance par rapport au contrôle et à la hiérarchie, alors vous avez toute la palette pour vous lancer…

A vos pinceaux !

Share This: